Bien que le Togo ne soit pas un pays forestier comme certains pays voisins en 1968, le taux de boisement est de 13% du territoire

Du fait de l’accroissement de la population qui dépend essentiellement du charbon de bois, du bois de chauffage et de service, le problème de déficit en produits forestiers était inévitable si le statu quo était maintenu sans actions de gestion forestières adéquates.

Ainsi le gouvernement togolais a sollicité du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) une assistance en vue de définir les grandes lignes d’une politique forestière d’ensemble et de préparer un plan de développement des forêts et des industries forestières.

A la suite de l’évaluation du Projet de Développement des Ressources Forestières, il a été recommandé pour la poursuite des activités, la création d’une unité autonome, disposant d’une certaine souplesse compte tenu de la spécificité du secteur.

Ainsi, naissait par Décret Présidentiel N° 71-204 du 13 novembre 1971, l’Office de Développement et d’Exploitation des Forêts (ODEF). Il est placé sous la tutelle du Ministère de l’Economie Rurale devenu aujourd’hui Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières (MERF).