L’Unité de Coordination Nationale REDD+ a organisé le 13 mai 2016 à la FOPADESC à Lomé, un atelier national d’information et d’échange avec les responsables des organisations de la société civile sur l’état d’avancement du processus REDD+ au Togo. Dans la même optique, cinq ateliers régionaux ont regroupés par la suite les organisations de la société civile des régions économiques du pays du 17 au 23 mai 2016. La délégation de l’Unité de Coordination Nationale REDD+ était successivement à Tsévié le 17 Mai pour le compte de la région maritime, le 18 Mai à Atakpamé pour le compte de la région des plateaux, le 19 Mai à Sokodé pour la région centrale, le 20 Mai à Kara pour la région de la Kara et le 23 Mai à Dapaong pour la région des savanes.

Selon Hèmou ASSI, Coordonnateur National REDD+, ces ateliers visent à « sensibiliser et échanger avec les organisations de la société civile sur le processus REDD+ et les amener à s’organiser et à se mobiliser pour pouvoir participer de manière plus efficace et coordonnée au processus d’élaboration de la stratégie nationale REDD+».

Les discussions et les échanges avec les organisations de la société civile lors de ces ateliers ont porté sur l’état d’avancement du processus REDD+ au Togo, les rôles et responsabilités des organisations de la société civile dans le processus REDD+ , les stratégies pour une implication active et coordonnée des organisations de la société civile dans le processus, ainsi que les pistes et modalités de collaboration entre les organisations de la société civile et l’Unité de Coordination Nation REDD+ dans la conduite du processus. « Vous avez activement participé à l’élaboration du document de propositions de mesures pour l’état de préparation à la REDD+. Il est donc normal que dans la mise en œuvre de ce document stratégique, vous soyez informés sur l’état d’avancement afin de vous organiser pour jouer pleinement votre partition» a déclaré Totétièbe DAMETOUGLE, Coordonnateur National REDD+ Adjoint,  à l’endroit des organisations de la société civile.

Selon l’un des responsables des organisations de la société civile, « les réseaux régionaux sont déjà bien organisés et peuvent servir de plateformes pour l’implication des organisations de la société civile dans la conduite du processus REDD+. Au niveau national, les faitières existantes vont s’organiser pour la mise en place d’une entité qui pourra prendre  entre autres dénominations ‘plate-forme nationale’, ‘coalition nationale’, ‘consortium national’ ou encore ‘Réseau National des ONG’ ». « Nous sommes conscients de notre rôle dans la conduite de ce processus et nous sommes déjà en train de prendre des mesures pour nous mettre ensemble dans le cadre d’une plateforme unique en vue d’accompagner le processus » a déclaré Paul Y. KANFITINE, Président de la Fédération Nationale des Réseaux Régionaux des ONG du Togo (FN-RR). L’Unité de Coordination Nationale entend étendre cette campagne d’information et d’échange à d’autres parties prenantes au processus REDD+ notamment les organisations des producteurs, les femmes, les jeunes et les chefs traditionnels.

Blaise ATAKOUNA

Responsable IEC, Coordination Nationale REDD+